KaZeo
Fermer
  Créer son blog KaZeo Mardi 2 septembre 2014   Ste Ingrid  
Tpe mai 68
   
 A propos de moi
 Mon pseudo : ststan
 En savoir plus sur moi
 
 Mes rubriques
 Introduction
 Les premices de mai 68
 Mouvements contestataires dans le monde en 1968
 Mai 68 et la révolution sexuelle
 Mai 68 et les artistes
 Les ouvriers en mai 68
 Les étudiants en mai 68
 Mai 68 et le monde politique
 En mai 68, il est interdit d'interdire
 Bibliographie
 
 
 Sommaire des articles de cette rubrique
   
 Les étudiants en Mai 68 (le 09/03/2008 à 19h13)

            (Daniel Cohn Bendit apres son conseil de discipline à l'université de la Sorbonne)

 

Les étudiants

 

1) Récit historique

 

        C’est le 6 mai que commence réellement la révolte de Mai 68. après les premiers accrochages entre étudiants et policiers le 3 mai, les manifestations se transforment en émeutes le 6 mai. La Sorbonne est fermée et quatre étudiants sont condamnés à la prison. C’est pour réclamer leurs libérations et la réouverture de la Sorbonne que les étudiants en cette nuit du 10 au 11 mai dressent des barricades dans la quartier Latin.

        L’infernal engrenage est enclenché, le bilan humain de la nuit des barricades est lourd. En quatre heures de combats acharnés, les affrontements on fait 367 blessés. Le 11 mai, George Pompidou prend des mesures d’apaisement: la libération des étudiants emprisonnés et la réouverture de la Sorbonne. Mais un ordre de manifestation est déjà lancé pour le 13 mai. Le 13 mai, une manifestation géante réunissant un demi million d’ouvriers et d’étudiants parcours Paris. Comme promis par Pompidou, les étudiants peuvent de nouveau occuper la Sorbonne. Toutes les université de Paris sont occupées.

        Les étudiants tiennent dans les amphis des tribunes libres auquel toute la population est invité avec des thèmes tels que « l’université critique » ou « luttes ouvrières, luttes étudiantes ». On voit venir débattre avec les étudiants Jean-Paul Sartre. Les étudiants occupent l’Odéon et décrètent meeting permanent. L’Odéon occupé devient l’annexe de la Sorbonne.

        Le 24 mai, un communiqué du ministère de l’intérieur annonce que Daniel Cohn-Bendit ne sera pas autorisé à rentrer en France. Alors, les étudiants redescendent dans la rue. Le soir même ils se regroupent au quartier Latin et les combats reprennent. Le lendemain, jeudi 23 mai, les barricades se dressent de nouveau. Le vendredi 24 mai, 15000 jeunes sont à la gare de Lyon. A 21 heure la bataille commence simultanément sur la rive droite et la rive gauche de la Seine. Les pavés volent aussi à Bordeaux, Lyon et Strasbourg. La province se mobilise. Mais les combats les plus durs resteront retranchés au quartier Latin.

        Après les discours du général De Gaulle, annonçant les élections, l’on crois la tempête passée. Les ouvriers reprennent progressivement le travail mais les étudiants continuent d’occuper leurs facultés. Le dimanche 9 juin, la police intervient pour faire évacuer de force l’usine de Flins. Aussitôt lycéens et étudiants se mobilisent et se rendent à Flins. On se bats dans les jardins et le bois. Le lendemain, c’est le drame, un lycéen (Gilles Tautin) est tué à Flins par les forces de l’ordre(c'est tout du moins ce que raconte la presse). Alors la violence reprends dès le soir même dans le quartier Latin. Le lendemain soir aussi les barricades se dressent. Se sont les derniers affrontements violents de Mai 68. D’ailleurs les cours reprennent déjà dans les lycées.

        Le 16 juin, après un mois et demi d’occupation, le symbole de la lutte étudiante de Mai 68 la Sorbonne est évacué de force par la police, la révolte est belle et bien matée.

 

2)Conséquences

 

        Les étudiants ont étés les instigateurs du mouvement de Mai 68. Pour la première fois la jeunesse française se révolte. Les causes sont diverses, certaines sont matérielles. Malgré un gros budget, l’enseignement supérieur est débordé par un trop grand nombre d’étudiants et des locaux vétustes. Mais au-delà de ces problèmes, c’est un grand désir de liberté qu’expriment les étudiants. Etrangement le milieu universitaire n’a pas été grandement changé par les événements. Non, ce que les étudiants ont changé c’est la société.

        Les ouvriers, eux, n’ont jamais cru à la révolution, ils luttaient pour leur pouvoir d’achat. Mais les étudiants ont la vie devant eux, ils veulent construire leur société. Beaucoup de sociologues parlent de l’avant et de l’après 68. Mai 68 c’est la fin de l’état très autoritaire que le général De Gaulles avait construit, c’est la fin des vieilles contraintes de la société patriarcale : les français s’habillent differemment, vivent différemment et surtout pensent différemment.

        Mais, pour beaucoup de soixante-huitards, Mai 68 était une erreur. Ils regrettent leur action ou la désavouent. A commencer par Daniel Cohn-Bendit qui se déclare heureux que ses idées politiques de l’époque n’aient pas abouties. Alors l’héritage de Mai 68 n’est pas porté par les acteurs mais bel et bien par les actes en eux-mêmes : Cette jeunesse qui se révolte contre une société qu’elle refuse.

        L’héritage de Mai 68 ne peut se chiffrer ni même réellement se décrire, mais force est de constater que lorsqu’on parle de révolution en France on évoque inévitablement 1789 puis 1968. Au delà de tout parti ou orientation politique, ce qui reste de Mai 68, c’est la société française actuelle.

 

 

   

 

 

[ Imprimer | Permalien ]
 Mises à jour
- Bibliographie Articles Le 09/03/2008
 
 
Créer un blog gratuit avec KaZeo | Créer un site | RSS articles